You are here:Accueil

Accueil

Solidarité de l’IRW-CGSP avec les travailleurs de Caterpillar

C’est avec effroi et colère que l’Interrégionale wallonne de la CGSP a appris la fermeture de Caterpillar à Gosselies.

Effroi et colère car cela fait des années que cette entreprise ne paie que 3% d’impôts et profite largement des cadeaux fiscaux et subventions publiques. Pire encore, elle utilisait ses filiales à l’étranger pour dégrader ses comptes en Belgique.

Résultats : des travailleurs sous pression et des finances publiques lésées afin de pouvoir dégager plus de 2 milliards de bénéfices en 2015 majoritairement reversés aux actionnaires.

Une nouvelle fois, les travailleurs paient un lourd tribut à la guerre de la compétitivité.

L’Interrégionale wallonne de la CGSP apporte et apportera toute sa Solidarité à ses Camarades en lutte. D’ores et déjà, elle se place à leur côté dans leur combat contre cette fermeture inacceptable et révoltante.

Elle prendra rapidement contact avec ses Camarades de la MWB pour savoir comment concrétiser au mieux cette Solidarité !

Cette nouvelle attaque contre les travailleurs renforce notre volonté d’une réaction coordonnée et vigoureuse contre toutes les mesures visant à remettre en cause notre modèle social.

Camarades, vous pouvez compter sur nous !

 Patrick Lebrun
Secrétaire général IRW-CGSP

Laurent Pirnay
Secrétaire général-adjoint IRW-CGSP

Read more...

EUROPE : BIG BEN sonne le glas ?

Edito de la Tribune de septembre 2016

Le 23 juin dernier, pour la première fois dans l’histoire de la construction européenne, un pays appelait ses électeurs à se prononcer sur son maintien, ou non, au sein de l’Union.

Nous savons quel choix a été celui du Royaume-Uni, il a, depuis lors, été abondement commenté. Mais il est nécessaire de prendre un peu de recul et de tirer, sereinement, les enseignements de cet évènement. Car, comme souvent lorsqu’il s’agit de questions européennes, les débats ont été enflammés, parfois indignes, et les sentiments ont souvent pris le pas sur les arguments de fond.

Le premier constat que l’on peut faire est que l’organisation même de ce référendum traduit l’absence de confiance des citoyens dans l’Union européenne.  Le BREXIT n’est pas une victoire mais, d’abord et avant tout, un constat d’échec. Voilà quel doit être le point de départ de toute réflexion européenne, oser poser le constat lucide que cette Europe déçoit la grande majorité des citoyens et pire encore, leurs inspire, à juste titre, de la méfiance !

Cette Europe de l’austérité, cette Europe forteresse qui fait du marchandage avec des réfugiés fuyant la guerre, cette Europe des marchés financiers et des lobbies patronaux n’est pas la nôtre ! Mais alors que faire ?

La première réponse qui vient directement à l’esprit est de la quitter, d’abandonner le navire. Toutefois, faire le choix du repli sur soi et de l’isolement peut-il être le nôtre ? Le changement de société auquel nous aspirons, les valeurs de solidarité, de fraternité et d’internationalisme qui nous tiennent à cœur peuvent-elle s’accommoder de pareille désertion ? A l’heure où nos démocraties sont gangrénées par le nationalisme, le racisme, la haine et le rejet des autres, la réponse ne peut-être que NON !  Il nous faut, au contraire, faire la preuve que l’on peut (que l’on doit) travailler ensemble à la construction d’un projet commun, d’un projet qui nous dépasse, d’un projet qui nous rassemble par-delà nos différences !

Alors, faire le constat que cette Europe ne nous convient pas doit nous conduire à la seule option possible ! Il faut en changer. La tâche semble titanesque, démoralisante et pourtant elle est, plus que jamais, nécessaire. Pour ce faire, il nous faut oser remettre en cause les fondements même de l’Union Européenne, oser contester ses dogmes (stabilité des prix, réduction de la dette publique…) qui nous conduisent à la catastrophe, il faut oser sortir du cadre qui nous est imposé. 

On ne changera l’Europe ni en la quittant, ni en respectant les règles des Traités.  On changera le cours de la construction européenne en osant désobéir !  Pour ce faire, il nous faut travailler à la construction d’un front le plus large possible afin de faire progresser cette idée.  Il nous faut réfléchir aux alternatives que nous voulons proposer.  Il nous faut oser le bras de fer et le rapport de force !

Il faut avoir des rêves suffisamment grands pour ne jamais les perdre de vue.  La construction européenne a été une revendication des organisations de gauche.  Elle nous a, depuis lors, été confisquée. Il nous appartient de ne pas jeter la proie pour l’ombre, de ne pas céder au discours du repli et de l’égoïsme mais au contraire de réinvestir le projet européen.

Ce n’est donc pas avec le rêve européen qu’il faut en finir, mais seulement avec cette construction qui fait de lui un outil aux mains des marchés financiers ! Cela passera notamment par une opposition ferme à toutes les politiques d’austérité imposées dans les Etats membres.

Il n’est pas trop tard, l’heure a sonné, voilà le message qu’il faut délivrer après le Brexit !

Patrick Lebrun
Secrétaire général IRW-CGSP

Laurent Pirnay
Secrétaire général-adjoint IRW-CGSP

 

Read more...

Un Congrès, une motion, un combat !

Édito Tribune Juillet-Août 2016

C’est avec ces trois mots que l’on pourrait résumer le Congrès de l’Interrégionale wallonne de la CGSP qui s’est déroulé les 25 et 26 mai derniers à Pont-à-Lesse.

Les congressistes ont fait le bilan de la situation économique et sociale de ce pays depuis l’arrivée du gouvernement De Wever-Michel : ils en ont conclu que la mobilisation générale avec des actions plus dures devait être décrétée.

C’est pourquoi, une motion de l’IRW-CGSP a appelé tous les travailleurs à poursuivre les actions au-delà du 31 mai, date de la grève générale des services publics ; celles-ci se sont poursuivies et les camarades qui ont répondu à cet appel doivent en être remerciés.

Il nous faut maintenant tirer le bilan de ces actions et de la manière dont elles ont été menées et ce, dans le but d’être plus efficaces à l’avenir car notre combat est loin d’être terminé.

En effet, ce n’est pas seulement pour la défense de nos acquis (conditions de travail, statut…) que nous nous battons, mais c’est aussi et surtout pour la préservation d’un modèle de société où les services publics assurent par leur rôle redistributeur des richesses, une cohésion sociale importante en mettant l’égalité au centre de leur préoccupation.

Camarades, ce modèle de société, le gouvernement fédéral des droites qui sévit depuis près de deux ans dans notre pays, a décidé qu’il était devenu obsolète et qu’il était temps, voire « inéluctable », d’appliquer de pseudo remèdes dictés par une doctrine ultralibérale.

Les conséquences de cette politique sont déjà là avec une régression sociale sans précédent (exclusion des chômeurs, saut d’index, report de l’âge légal de la pension, projet de loi sur le temps de travail, coupes sombres dans les dépenses publiques…) que ce gouvernement tente de nous masquer en parlant plutôt de « modernisation ».

Et sous couvert de cette « modernisation », on assiste en fait à la remise en cause systématique et à l'enterrement pur et simple des acquis engrangés de haute lutte par les travailleurs : les soins de santé, la sécurité sociale, la sécurité de l'emploi, les services publics. En bref, tout ce qui constitue les fondements d'une collectivité unie, solidaire et fraternelle se trouve attaqué au bulldozer sans pratiquement aucune concertation sociale digne de ce nom.

Ils nous disent qu’il faut rationaliser, être plus efficace, faire mieux avec moins. Foutaises ! Leur seul but est de faire des économies et surtout de désengager l'État. Et comment s’y prennent-ils ? En faisant payer une nouvelle fois les plus fragiles et en tentant de leur faire comprendre que la précarité est à présent un mal nécessaire.

Ce n’est pas une modernisation qui nous est appliquée ni même un plan de rigueur, mais une véritable marche arrière, voulue et organisée, dont on ne peut imaginer jusqu'où elle nous conduira avec pour nous, syndicalistes, cette question en filigrane : quelle société voulons-nous laisser demain à nos enfants ?

Une société solidaire avec un Etat responsable s’appuyant sur une démocratie à toute épreuve ou un système individualiste à l'américaine qui exclut les pauvres et oblige les vieux à travailler jusqu’à leur dernier souffle ?

Pour nous, hommes et femmes de gauche, la question ne se pose même pas ; c’est pourquoi, camarades, la lutte que nous avons appelée de tous nos vœux lors du congrès DOIT se poursuivre. Il faudra s’organiser mais aussi convaincre ceux qui doutent encore de la légitimité de notre combat.

Il faudra rappeler sans cesse que nous luttons pour un projet de société, et non, comme le prétend faussement le chef de la N-VA, pour faire le jeu de l’un ou l’autre parti politique. Ce sont des valeurs et des principes qui guident nos actions et non des enjeux bassement politiciens ou communautaires.

Puisque nous avons pris conscience des dangers qui pèsent sur notre modèle social, nous sommes décidés à ne rien lâcher. « La vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent » disait Camus, le temps est venu de tout donner pour faire comprendre à ce Gouvernement qu’il n’est pas le nôtre.

Patrick Lebrun

Secrétaire général de l’IRW-CGSP

Laurent Pirnay

Secrétaire général adjoint de l’IRW-CGSP

Read more...
Subscribe to this RSS feed

Actualité

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Prev Next

20/9 : Journée STOP TTIP / CETA !

22-08-2016 Actualités

LE MOMENT DE SE MOBILISER !Depuis quelques années, nous sommes de plus en plus nombreux à nous engager contre le CETA et le TTIP, ces traités transatlantiques antidémocratiques qui profiteront surtout aux actionnaires des multinationales et aux puissances financières, au détriment des services publics, des agriculteurs et des consommateurs, des travailleurs et des pensionnés, des femmes et des jeunes, des PME et des classes moyennes, de la majorité de la population, de la santé et du développement durable Comme un cheval de Troie, ces traités vont faire entrer les lobbies d’affaire au cœur-même de la démocratie. C’est une menace directe pour la...

Lire la suite

FSM 2016 : Déclaration des mouvements sociaux sur la marchandisation et l'accès aux services publics

15-08-2016 Actualités

Les services publics, notre bien commun, notre richesseMONTRÉAL, le 13 août 2016 /CNW Telbec/ - Les services publics et ses agent-es sont au cœur d'enjeux d'intérêt général considérables. Les attaques orchestrées par les gouvernements au service de la finance et portées au service public n'ont pour but que de réduire l'intervention publique et la mettre au service des intérêts du capital. La marchandisation des services publics a pour conséquences de remettre en cause certains grands principes du service public :sa neutralité, son indépendance et sa transparence; sa finalité au service des populations; son financement solidaire; son contrôle démocratique; son accessibilité et son universalité; sa qualité...

Lire la suite

Le Forum social mondial s'achève en demi-teinte

15-08-2016 Actualités

Ce dimanche 15 août s'est achevé le Forum Social Mondial, le 12ème depuis la première édition à Porto Alegre en 2001. Force est de constater que malgré la richesse des débats, de l'eau a coulé sous les ponts depuis cette euphorie collective qui voyait l'horizon se teindre de justice, de paix et de démocratie dans l'élan post-Seattle de 2001, cet élan empreint de confiance en un renversement imminent du pouvoir de l'argent au profit de celui des peuples. 15 ans plus tard, l'Amérique latine a presque totalement reviré à droite, l'austérité frappe de plein fouet les populations du monde entier, le...

Lire la suite

Forum Social Mondial : échanges sur la remunicipalisation des services publics

11-08-2016 Actualités

Cet atelier avait pour objet la mise en lumière des initiatives de remunicipalisation ou de « dé-privatisation » des services publics, principalement dans les secteurs liés à l’eau, l’énergie, le traitement des déchets et les services sociaux. Il a également permis de découvrir la carte interactive en ligne des projets de remunicipalisation de l’eau à travers le monde : http://www.remunicipalisation.org/ L’on a constaté ces dernières années que des centaines de villes et municipalités, et non des moindres (ex. Paris, Jakarta, Dar Es-Salaam, Buenos Aires, Hamilton, ..) ont décidé de replacer dans le giron public la gestion de l’eau potable et de l’assainissement des eaux usées...

Lire la suite

Newsletter

CGSP wallonne sur Twitter

irw_cgsp #TTIPfreeZone 2000 villes et communes "zones hors #TTIP #CETA " en Europe!Combien en faudra-t-il pour convaincre @EU_Commission? #stopTTIP
irw_cgsp RT @syndicatFGTB: Notre dossier #stopTTIPCETA dans #syndicats. À découvrir et partager sans modération #20sept https://t.co/hA9WU28duK via…
irw_cgsp @syndicatFGTB Communiqué de l'IrW CGSP suite à l'annonce de la fermeture de Caterpillar : https://t.co/ubxnaXBLt5